AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Musique ! - Jonathan Lyl Wache.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Jonathan L. Wache
Messages : 17
Date d'inscription : 09/04/2014
Localisation : A l'infirmerie. Sinon, quelque part.

MessageSujet: Musique ! - Jonathan Lyl Wache.   Mer 9 Avr - 15:41

Il y a eu un certain soucis avec le code. Mes excuses !















[Uta no Prince-sama] feat [Mikaze Ai]
me.

Nom : Wache
Prénom : Jonathan {Jonathane}, et Lyl {Layl}
Surnom : Jo'
Sexe : Masculin
Âge & Date de naissance : Dix-sept ans, né le Premier Avril 1997
Origine : Américaine
Orientation sexuelle : Bisexuel
Groupe souhaité : Orphelin
Pouvoir : Création. Ce pouvoir est plus qu’un poids lourds qu’autre chose, en fait. Il y a des facettes de son pouvoir qui seront révélées dans son histoire.
De ce nom plusieurs possibilités sont possibles, non ? Mais pour cette personne, il n’y en a qu’une : il crée des êtres vivants et non inanimés. Ceci paraît être un grand pouvoir mais au fond il n’en est absolument rien car ces créatures héritent de la mentalité actuelle de leur créateur une fois qu’elles naissent. Comme quoi elles ne feraient rien de mal si Jo’ non plus. (Nous ne parlons pas d’intelligence et de maturité. Cela varie.)

Cependant, elles détiennent un cœur et des émotions comme toutes personnes. Et il existe cette sorte de « chemin » entre elles et Jonathan : elles ressentent ce que leur créateur ressent et cela va de même dans l’autre sens, que ce soit émotionnellement ou physiquement.



Mais détrompez-vous. Quand Lyl crée, personne ne voit son œuvre. Du moins tant qu’il ne l’invoque pas dans ce monde, elle ne peut interagir avec nous et ce qui nous entoure. Tout de même, il reste un fardeau : tenir son art visible aux yeux de tous pour ne serait-ce qu’une heure lui demande beaucoup d’énergie. Pourtant, il suffirait juste qu’il le veule pour invoquer.



Pour finir, il ne peut effacer ce qu’il a dessiné. Pour, il faudrait tuer. Si l’on veut éliminer toutes ces créatures humaines ou non, il faut tuer Lyl. Mais si Lyl, lui, perd un de ces « enfants » par assassinât, il perd connaissance. Puis, si la victime n’était que récente sa mémoire serait intact, mais plus elle était vieille… plus il en oublie. 

behind the mirror.

Prénom/Pseudo : Shan
Age : =3
Présence sur le forum : Irrégulièrement
Niveau Rp : *connait pas*
Double-compte ? : OUI [x] - NON []
Comment avez-vous connu le forum ? DC o/
Vos impressions, remarques : Le forum et le contexte sont géniales! 
Physique.
C’est un bien grand jeune homme, vous savez ? Pour dix-sept ans, un mètre quatre-vingt-six est amplement suffisant. C’en est même beaucoup. Il représente le géant qui passe auprès des autres, mais ce n’est guère pour autant qu’il en est le plus grand. Dans des souvenirs perdus, il se tenait face à plus grand que lui de son même année de vie. Mais aussi me diriez-vous que petit, il était justement petit malgré l’âge. Enfin, vous l’aurez compris. Ce n’est pas le plus grand du monde.
Sur son corps nous pouvons voir une fine musculature développée sur tous ses membres. Mais pour être fine, elle l’est. Il ne paraît pas si fort à première vue, cependant prenez garde car les apparences sont souvent trompeuses. Cela ne l’empêche pas de taper fort ou de faire des prises imprévisiblement dangereuses.
Nous ne pouvons voir aucun pli de graisse sur ce corps. Mais son poids reste inconnu : il l’a oublié !
Cette chair souple est enveloppé d’un doux tissu blanc ; sa peau. Elle n’est difficile à faire changer de couleur et ce que ce soit sur le visage ou par bronzage. Et comme nous parlons de cette peau, voyons comment est-elle couverte ? Eh bien, proposez-lui T-shirt, chemise, Sweat, jean, short, tennis, mocassin, débardeur, veste, et j’en passe… il le mettra mais de sorte à être bien habillé. Il a un sens vestimentaire assez particulier ainsi que stricte.
 
Vous le verrez sûrement debout avec les mains dans les poches, ou une main qui – de ses longs doigts fins- est posée sur la hanche.
 
Enfin… finissons-en.
Son visage fin comporte des traits réguliers. Le tout composé d’un ensemble qui se marie bien, et certains disent qu’il est doté d’une belle beauté, puis d’autres non. Un nez long et fin, une bouche comportant des lèvres fines… euh, tout est fin, en fait. Pas grand choses à signaler.
Et regardez ces iris d’un bleu ciel, bordée par ces cils noirs d’une longueur à la normal. Plus hauts, des sourcils fins et bien taillés.
Ne trouvez-vous pas cette couleur des yeux, belle ? Et remarquez que ses cheveux sont teints idem – s’ils étaient naturels, ils seraient bruns. Les voilà bleu-ciel de même, dont une partie est attachée pour laisser place à une oreille sur l’extrémité gauche de ce minois. L’autre partie reste lâchée, laissant un certain style dans cet ensemble.



Caractère.
Jonathan. Il avait sa propre personnalité à l’époque. Chaleureux, ayant le sens de l’humour, et tout le reste… mais seulement jusqu’à ses quatre ans. Depuis cet âge, il a pris l’habitude du fait qu’on le prenne pour un fou. Du coup, il évite de parler à n’importe qui à n’importe quel moment.
Cependant, il a conservé cette même personne qu’il eût été au fond. Cet individu qui était aussi gentil et doux qu’un agneau, pouvant devenir aussi cruel et dangereux si la situation le demande ; étant aussi peureux, craintif, que méfiant, et pourtant si audacieux et enthousiaste en affrontant ses peurs. C’est un personnage étrange me diriez-vous, car il mélange en lui des contraires qui font cette personnalité pourtant admirable au final, malgré qu'il paraisse vraiment bizarre des fois - souvent sans vouloir offenser quelqu'un. Mais voilà que l’entièreté de cette description varie au dépend des situations et de son entourage. Je peux vous dire que s’il se retrouve face à des monstres cruels, il serait aussi machiavélique avec eux comme protecteur pour ses proches. Il n’hésite à offrir son aide pour la bonne cause. En face d’inconnus, il se montre fiable et chaleureux, et ensuite la personnalité de ses rencontres feront sortir des facettes en cachera d’autres.
 
Mais ça, c’est Jonathan. Voilà une facette de son pouvoir : s’il modèle lui-même la personnalité d’une de ses créations, le jour où elle meurt il gagnera cette psychologie. Ce sera comme si il enfermera en lui le passage de cet être différent de sa personne. Il a préféré oublier cette partie de son pouvoir, en ayant marre de ce changement de personnalité ; il sa base alors sur la sienne. Ceci dit, il en a déjà deux enfermées : celle de Gabriel et de Lord. Nous pouvons dire que ce sont désormais des parties de lui sans que ce soit tout-à-fait exacte ou faux.
Gabriel était ce genre de personne très protecteur ; un ange gardien. L’ange gardien de Lyl créé par ce dernier. Il prenait soin des autres avant lui et se souciait plus de l’autrui que quoi que ce soit. C’était l’homme sage et mature qui n’utiliserait la violence qu’en cas unique. C’était cet individu intelligent et à l’écoute, bon conseiller et encourageant. Un charmeur sans le faire exprès, aussi, et tellement romantique.
Lord était le déprimé qui éclatait en rires hystériques ou en pleurs acharnés. Celui qui restait loin des autres par pure crainte d’être en danger. Celui qui faisait passer la folie avant la raison. Mais cette partie, Jonathan essaie de la garder enfouie en lui, espérant qu’elle ne sorte pas car ce serait contre de grès. Mais dès que le cœur de ce garçon – difficile à atteindre émotionnellement – est touché par de la tristesse, « Lord sort de sa cachette ».
 
Niveau préférence, il n’y a aucune difficulté à le deviner. Il aime tout ce qui est mignon. Il adore. Il ne peut s’empêcher de prendre un air enfantin quand il tombe sur une chose « kawaii ». Ceci dit, son animale préféré est le chat ! Quand il en voit un, ou entend un miaulement, il se met dans un état… « gamintiquement », allons dire, effrayant.
 
Des qualités ?
 Il sait magnifiquement bien se servir de ses mains niveau artistique : autant pour dessiner, pour peindre, que pour fabriquer - bricoler. Pareil pour les instruments dont ceux qu’il a appris à jouer : le piano, le violon, la harpe, la guitare et la batterie.
Pour en finir, il est très doué en médecine et n’hésitera pas à en apprendre plus.

Histoire.
Des temps bien trop flou pour moi me sont introuvables dans cette mémoire. Quand j’étais enfant, ou même plus jeune : un bébé. Un petit être innocent qui croyait en ce qu’il voyait. Quand il naît dans un environnement, il s’y adapte. Je n’ai guère était une exception. Je suis né, comme tout humain, d’un père et d’une mère. A ce moment, rien n’était à signaler, à part le commencement de mon apprentissage en art martial : Jet kuendo, qui a pris fin à mon arrivé à l’hôpital –plus tard- alors que j’étais ceinture marron.
Puis le temps passait et je grandissais. Des secondes, des minutes, des heures, des jours, des mois, et des années. Quatre ans j’avais, je pense, lors de l’apparition de cet ange qui m’était totalement inconnu quand je souhaitais ne plus faire d’erreur. Je le voyais sourire, rire, et je pouvais le toucher, jouer avec lui. Il m’accompagnait ; partout, il venait. Je lui parlais, je lui souriais, et je semblais être le seul capable de le voir. Les autres, sans que je ne le sache, me prenaient pour un fou à parler seul. Certains m’appelaient le Déprimé en croyant que je n’avais plus d’amis, eux qui commençaient à m’esquiver en pensant que je perdais la raison. Mon seul ami qui resta était cet ange. Toujours. Comment aurais-je pu oublier son nom ? Gabriel. Ce fameux Gabriel.
Le jour de mes dix ans où Père et Mère disaient que j’étais devenu trop âgé pour croire aux amis imaginaires, je ne les écoutais point. Ils s’inquiétaient à mon sujet. Ils faisaient venir des psychologues par dizaines. Tous me posaient les mêmes questions et me disaient les mêmes choses, encore en répétition. Mais moi je ne voulais les croire. Gabriel existait et j’étais le mieux placé afin de le dire sans pourtant le prouver. Mais un jour, des ans plus tard, où je réussis enfin. Cette fois où je souhaitais tant qu’ils puissent voir cet ange. Et ce vœu se réalisa alors que je n’avais en tête que tout cela était grâce à moi, et uniquement grâce à moi. Alors ils l’ont vu, ont crié, hurlé, par peur ou par surprise ? Tout ce que je sais c’est que papa appela la police qui, bien sûr, n’arrivaient à le croire.
 
            Seize ans j’avais et j’étais désormais à l’hôpital. Je me sentais faible, épuisé, prêt à m’endormir sans pour autant y arriver. Gabriel, père, et mère, restaient avec moi – l’ange sous les regards abasourdis des passants. Et malgré mon état, je restais fier. J’avais raison. Gabriel était. C’est d’ailleurs lui qui m’expliqua pour mes pouvoirs. Il ne m’en parla que le jour de la mort de mes parents. Pourquoi avoir attendu tant de temps ? Car mes parents n’auraient voulu le croire et m’auraient interdit de le fréquenter. C’est clair qu’il les eût tant connus. Mais ce n’est pas à cause de leur comportement que mes parents n’allaient me manquer ! Leurs vies ont été arrachées lors d’un accident de voiture et je n’ai pu assister à leur enterrement.
Gabriel souffrait autant que moi, au fond. Il me dit que je ressentais ce qu’il ressentait que ce fût la peur et le regret ou la joie et le rêve.
Cependant, le jour de l’aveu sur mes capacités, j’ai fait cette erreur de fuir au lieu d’arrêter. Il me disait de souhaiter que personne ne le voie, mais moi je persistais car je ne supportais que l’on dise qu’il n’existait pas. Gabriel était tout de même mon meilleur ami. Et tellement plus mature était-il face à moi qu’il ne tombait face à la souffrance de la peur.
Et au lieu de mettre une pause à cette histoire de manque d’énergie, je n’ai fait qu’empirer les choses. En cherchant refuge, je donnai naissance à Lord Le centaure.
 
Mais pourquoi ? Pourquoi une telle bêtise ?
 
Je pensais que Lord me protégeait, mais le vrai gentil n’était autre que Gabriel qui essayait de me sauver. Il avait cette personnalité que j’avais toute modelée. Celle qui protégerait quoi qu’il arrive son cadet, et ce par n’importe quel moyen.
Car rester avec deux de mes œuvres visibles aurait pu me tuer.
Alors Gabriel se sacrifia après avoir tué Lord tant bien que mal, quelques mois de plus j’avais. Je perdis trop de souvenirs, mais en même temps ; pas assez. Je savais déjà que leur mort succomberait à ma conscience et y restera à genoux. Je ne pouvais me résigner à me dire qu’ils ne sont plus et que j’avais tort cette fois. J’avais beau essayé de refaire ces deux personnages sans réussir. Ma santé, elle, regagnait peu à peu.
Et j’ai remarqué, au fond, que j’ai reçu la personnalité de Gabriel. Celle que j’ai moi-même faite de toutes pièces. Et celle de Lord aussi qui me fait faire des choses étranges comme me mettre à déprimer pour aucunes raisons. C’est étrange comme sensation… j’ai l’impression qu’ils vivent en moi. Mais plus personne ne semble y croire, comme ils pensent tous avoir halluciné à cause de mes histoires. Enfin, passons.
 
Je continuais à avancer dans l’art de créer, mais je gardais mes œuvres cachées. Qu’ils eussent dit que je sois fou, ce n’est rien. Qu’ils aient voulu m’emmener à l’asile, ce n’est rien. Mais un psy m’a une fois parlé. La discussion résonne encore si bien en moi.
 
« Je vais te dire ce que tu as, Lyl, commençait-il. Tu te sens seul car tu crois l’être. Alors tu te crées refuges en-…
_ Non. Puis, comment pouvez-vous le savoir ?
_ Cela se voit. J’ai su le-…
_ Le constater, peut-être ? Vous vous trompez. Je ne suis pas seul. ILS nous entourent. ILS sont tous là, autour ! Donc, en disant que je suis fou, vous pouvez me dire ce que j’ai ? Non, en fait… car vous ne voyez pas ce que je voie. Et pourquoi ai-je l’air divagué en ce moment ? Serait-ce la perte de ces gens ? Ou non ? Oh… et puis. Vous devrez voir pour comprendre mais vous ne pouvez pas, donc vous ne savez pas. Comment pouvez-vous le savoir si moi-même je ne sais pas, alors que je les voie ? »
 
C’était il y a deux semaines, en fait. Je me sens bien mieux, depuis.
Je suis encore sur ce lit d’hôpital en train de reprendre petit à petit. Je suis censé bientôt sortir mais je ne sais ce que je ferai ensuite. Je n’ai personne à voir, plus personne. Je serai sans doute mené dans un orphelinat. Ils m’éviteront certainement. Ils paraîtront tous normaux à côté de moi.
Pourquoi ne tout simplement pas renoncer à ce pouvoir ? Mais comment, d’ailleurs ? Les seuls amis qui étaient là avec moi dans cet hôpital, je ne peux faire comme si je les ignorais désormais avec la gratitude que je leur dois pour être restés près de moi. Du coup, les orphelins feront comme cet ancien autrui que j’avais autour à cette époque.
Mes valises sont là, dans ma chambre, et n’attendent que mes mains pour les ouvrir. Il faudra attendre, mes amies, car je suis encore cloué au lit.
 
Mais une soudaine lueur apparait. Au milieu, un inconnu qui me tend la main. Etrangement, j’ai envie de le suivre, alors c’est ce que je fais. Je me lève, prend mes valises et le rejoins suivi de mes créations. Et si c’est un risque à prendre, qu’ai-je à perdre de toute façon ?
 
Info+:
Lyl était amoureux de Gabriel.
Les parents du garçon ont été arrêtés pour trafic de drogue en espérant gagner assez d’argent afin de sauver leur fils. Ils sont désormais condamnés à vie tandis que Gabriel a préféré faire croire à son protégé qu’il est devenu orphelin.
Depuis, Jonathan n’inventera plus de personnalité différente de la sienne.
Une fois dans l’établissement, plus tard, il aidera de son mieux à l’infirmerie dans son temps libre et y apprendra ce qu'il pourra.

Fiche { terminée }



Dernière édition par Jonathan L. Wache le Sam 12 Avr - 9:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Jonathan L. Wache
Messages : 17
Date d'inscription : 09/04/2014
Localisation : A l'infirmerie. Sinon, quelque part.

MessageSujet: Re: Musique ! - Jonathan Lyl Wache.   Ven 11 Avr - 11:08

Coucou ~ !

Double post pour annoncer une chose ; que ma fiche est terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Yellow Boy
Alec Queen
Messages : 143
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 21
Localisation : Kek'part...

MessageSujet: Re: Musique ! - Jonathan Lyl Wache.   Ven 11 Avr - 16:50

Nyuuuh j'adore ta fiche ;w; Ton perso est super original et intéressant franchement j'adore!
Tu es donc validée et n'oublie pas les recensements! o/




Pik'Alec, go!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Musique ! - Jonathan Lyl Wache.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Musique ! - Jonathan Lyl Wache.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La musique au Moyen Âge
» Kit pour Jonathan(RIP, Kero's kingdom)
» musique amerindienne
» Musique médiévale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Kitaisuru :: 
Qui serez vous ?
 :: Espace Personnage :: Identités dévoilées
-